Après 350 heures de travail à temps perdu et plus d’un an et demi de développement, Guillaume Gangnolle a réussi à rendre son tracteur autonome. L’exploitant, bricoleur et autodidacte dans le domaine de l’électronique, s’est lancé seul dans ce projet.

Tout a été pensé, développé, et conçu par ce passionné de technologie. Concernant le choix du tracteur, l’exploitant a décidé de rendre son Valtra T150 autonome. Un choix judicieux puisque toutes ses fonctions sont gérées par électronique et il est doté d’un poste de conduite inversé. Pour commencer, Guillaume Gangnolle s’est équipé d’un récepteur GPS. « Ce dernier est indispensable. Le tracteur a reçu un boîtier "logiciel GPS" qui collecte des données telles que la position de l’engin, la vitesse, le cap, etc… Les informations sont mises en forme afin de travailler sur la parcelle enregistrée. Puis, les données sont transmises sur le second boîtier qui contrôle la machine », précise l'agriculteur. 

Ensuite, l’agriculteur s’est penché sur le codage des deux boîtiers. Une chose qui a demandé du temps puisqu’il à dû recommencer plus d’une fois en raison de bugs ou pour l’ajout de certaines fonctions. Pour savoir si le système fonctionnait, il fallait tout installer sur la machine afin d’observer les dysfonctionnements, les corriger et vérifier les erreurs.
L’installation, opérationnelle et montée en cabine, paraît impressionnante au premier regard. S’il y a tant de boîtiers et de câbles apparents c’est parce que le système reste modifiable à tout moment. Une tablette ou autre serait plus ludique mais le codage est complexe et plus fragile.

La mise en route du tracteur est très simple. L’exploitant sélectionne une vitesse, définit un régime moteur, une vitesse cible, et les rapports sous charges. « Quand la machine est prête, l’ordinateur effectue ses calculs pour la faire travailler de façon autonome. Le logiciel ajuste les réglages comme : la profondeur de travail, le régime moteur ou les rapports sous charge, pour faire fonctionner la machine de façon optimale.» Concernant la direction, elle est assurée par un moteur pas à pas, greffé sur le poste de conduite inversé. Le moteur est contrôlé par le logiciel de calcul qui rectifie la position des roues en permanence. 
Sur l’aspect sécurité, l’engin est doté de plusieurs éléments dont une radiocommande. À distance, Guillaume Gangnolle peut reprendre la main complète sur le tracteur à tout moment. La radiocommande, faite maison est inspirée du monde de l’aéromodélisme. Pour plus de sécurité elle est dotée d’un retour vidéo. En cabine une mini-caméra est installée côté gauche du volant et permet un retour vidéo sur les infos du tableau de bord.

Poster un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Produits à comparer