Qui a dit que le télétravail en agriculture n'était pas possible ? Valtra et Elisa ont uni leurs forces pour innover et proposer une solution permettant le fonctionnement à distance d'un tracteur grâce au réseau 5G et à une caméra 360°. C’est une première mondiale pour ce genre de technologie.

En mars, Valtra et Elisa ont dévoilé un tracteur télécommandé, utilisant la nouvelle technologie du réseau 5G. La collaboration a été présentée lors de la cérémonie d'ouverture du showroom Elisa 5G à Helsinki, en Finlande. La solution encore en prototype permet le contrôle et le fonctionnement en temps réel et en toute sécurité d'un tracteur à des centaines de kilomètres.

"Les tracteurs radiocommandés sont utilisés depuis des années, mais imposent de toujours devoir rester à portée de la machine. La 5G révolutionne cette solution, car maintenant un tracteur peut être conduit à distance de n'importe où", explique Mikko Lehikoinen, vice-président, ventes et marketing Valtra. 

"Elisa est un précurseur de la technologie 5G, en Finlande et à l'international. Le tracteur télécommandé développé en collaboration avec Valtra et présenté au salon Elisa 5G a suscité beaucoup d'intérêt. Les services et solutions 5G vont apporter de l’efficacité et de nouveaux moyens de fonctionnement innovants pour les entreprises et les particuliers. Le tracteur télécommandé en est un exemple très concret, car le conducteur n'a plus besoin de s'asseoir physiquement dans la cabine. Nous voulons construire un avenir durable grâce à la numérisation, et le développement des services 5G permet la concrétisation de cette réalité", déclare Kimmo Pentikäinen, vice-président, développement des affaires chez Elisa.

 

La télécommande a été fabriquée grâce à une connexion 5G intégrée et une caméra 360 degrés a été montée sur le toit. Le réseau 5G permet aux lunettes VR du conducteur se situant à distance de recevoir la vision en 4K de l'environnement du tracteur, en temps réel. Le conducteur peut visualiser l'environnement du tracteur en tournant simplement la tête. La télécommande envoie son signal de commande via le réseau 5G haute sécurité d’Elisa.

"Lorsque vous conduisez votre tracteur et tournez ses roues, il vous faut une réaction immédiate du tracteur pour donner une vraie impression de conduite. La faible latence du réseau 5G rend cela possible", explique Mikko Lehikoinen.

L’utilisation de la télécommande est une étape clé vers une conduite entièrement autonome, qui pourrait devenir une réalité pour de nombreux utilisateurs au cours de la prochaine décennie. La télécommande peut être utilisée, par exemple, pour faire fonctionner des tracteurs sans conducteur sur des sites difficiles et pour des tâches qui seraient dangereuses pour l’équipage dans leur réalisation. Cela fait du tracteur une solution et un outil encore plus polyvalents. Valtra a récemment pu piloter des tracteurs télécommandés avec les opérateurs d'aéroport Finavia.

Commentaires

  •  carlu  ven, 05/06/2020 - 00:36

    On se fout encore et toujours plus de la gueule des agriculteurs car ces tracteurs autonomes vont surement faire gagner du temps à leur propriétaire donc de l'argent à condition de devoir les acheter bien plus cher avec un surcout d'assurance et cela mène aussi à la disparition du plaisir de conduire donc plus besoin de cabines confortables, seul suffira le confort des ordinateurs pour assurer leur longévité et tout cela va encore et toujours dans le sens de la disparition de la main d'oeuvre en agriculture pour une orientation automatisée pour le beau travail mais il faudra toujours remplacer les pièces d'usure, graisser les matériels , effectuer les vidanges, changer les filtre gnr, réparer les crevaisons, nettoyer radiateurs, filtres quoiqu'avec le progrés certains ventilateurs tournent à l'envers pour assumer l'auto-nettoyage par intermittence (télesco new holland) Ce seront toujours des hommes qui effecturont la "Merde " dans les exploitations comme le nettoyage aussi à moins qu'il existe des bétaillères autonettoyantes! Tant mieux aussi si des alertes permettront d'arréter immédiatement les matériels en cas de fuite d'huile...ou si des cailloux bloquent les mécanismes ou si des réglages doivent etre effectués en fonction de l'humidité des sols barre niveleuse de rotative à régler en fonction des différentes textures, préparations des bouillies et rinçage automatiques des pulvés sans compter les problémes liés à la surveillance des rampes avec présence de pylones EDF... Et je n'ose pas évoquer tous les travaux en dehors de la traite dans les élevages...ce qui rime avec esclavage à moins de nous transformer quand le temps du "BIO" sera dépassé en auto-esclaves...électriques...

  •  JM Dyon  lun, 08/06/2020 - 14:17

    Quand comprendra t on que l'agriculture ne peut se faire sans un contact vivant avec la Terre ? Toute cette technologie est fragile et dépendante des spécialistes des réseaux, des ordinateurs, des électroniciens ... etc :où est l'autonomie , la capacité à réparer un matériel simple et bon marché, qui casse en début d'après midi et qui est réparé le lendemain matin avec des gens polyvalents comme le sont les paysans qui ont pensé et réalisé l'Atelier Paysan , outil d'indépendance pour une agriculture paysanne et riche d'humanité !

  •  Petillon  mar, 30/06/2020 - 19:55

    Que pourrons nous faire quand les voleurs pilleurs des pays de l’Est seront en action.

Poster un commentaire

Produits à comparer