L’autonomie des outils et leur automatisation sont deux sujets sur lesquels travaillent Michael et Philipp Horsch. Ils viennent récemment de dévoiler un concept d’outil de semis autonome.

Trois éléments permettent aujourd'hui de travailler de manière semi-autonome : le système de planification des voies, le georepérage, c'est-à-dire un ensemble de barrières virtuelles, et la question de la sécurité.

"Nous résolvons aujourd'hui ce dernier problème, en ayant sur le terrain un pilote doté d’une manette de contrôle dont la tâche est de surveiller et d'intervenir en cas d'urgence. La télécommande est homologuée pour un rayon de 500 m ", déclare Philipp Horsch. La prochaine étape à suivre est l’amélioration de la technologie des capteurs afin de surveiller la machine, par exemple pour la détection d’éventuels bouchages. "Techniquement, nous travaillons sur différents concepts, car pour l'instant nous ne savons pas ce qui va se révéler utile. Ce que nous savons, c'est que nous devons faire fonctionner les différents concepts sur le terrain, nous entraîner et apprendre afin d‘évoluer. ", a déclaré M. Horsch.

Dans l’autonomisation, la législation est importante. Actuellement, la route et les champs sont considérés de la même manière par le législateur. Pour Michael Horsch, il existe toutefois des différences, notamment sur la vitesse à laquelle on roule sur la route et dans les champs, ou encore la question de la circulation en sens inverse.

"La nécessité d'une redéfinition des règles et la pression de l'opinion publique sont telles que les conditions-cadres sont enfin créées. Si nous séparons clairement la route du champ, nous pourrons rouler plus vite en parcelle. Nous espérons que dans les prochaines années, les systèmes de sécurité seront développés au point de pouvoir être homologués. Techniquement, nous sommes réellement prêts. Pour l'instant, tout cela convient parfaitement à une opération de test pour acquérir de l'expérience. Nous devons tester les machines et les intégrer dans le processus d'exploitation", explique Michael Horsch.

Commentaires

  •  carlu  ven, 27/08/2021 - 23:43

    Si j'étais vous je ferais des recherches sur la façon de nouer l'anus des êtres humains , mais aussi sur la façon de les nourrir électriquement, enfin il restera à résoudre le problème du sommeil qui représente une perte de prés du tiers du temps de notre vie, et comme la plupart des français sont hostiles à l'Agriculture telle que nous la pratiquons, agriculture raisonnée dans mon cas, on assistera au développement des champs solaires et des bois...et on jouera aux cartes...

    •  Jo  dim, 29/08/2021 - 23:30

      C'est bizarre quand même parce que le dernier sondage BVA donne plus de 70 % de français favorables à leur agriculture. Vos chiffres doivent être inversés.

  •  Thierry SENECLAUZE  dim, 19/09/2021 - 16:54

    tous cela n'est que bétise ,et le bilan financier pas demontré ,immobiliser une unité motrice devant un semoir qui va bosser 1 mois ,cela va couter chers ,trés chers , et il faudra bien et beaucoup d'ingénieur pour surveiler tout cela . donc pas évident méme si cela peut paraitre revolutionnaire . mais finalement dans les grandes plaines ou ce matériel est utilisable , le cout de lla MO à lha n'est pas si chers que cela .

  •  Thierry SENECLAUZE  dim, 19/09/2021 - 16:54

    tous cela n'est que bétise ,et le bilan financier pas demontré ,immobiliser une unité motrice devant un semoir qui va bosser 1 mois ,cela va couter chers ,trés chers , et il faudra bien et beaucoup d'ingénieur pour surveiler tout cela . donc pas évident méme si cela peut paraitre revolutionnaire . mais finalement dans les grandes plaines ou ce matériel est utilisable , le cout de lla MO à lha n'est pas si chers que cela .

  •  Thierry SENECLAUZE  dim, 19/09/2021 - 16:56

    avec de telle évolution les 3/4 de nos territoires finirons en friche ,et les gens au RSA . EST CE UNE EVOLUTION ?

Poster un commentaire

Produits à comparer