Véritable rendez-vous biennal, les journées Pro de la Lucine qui se sont déroulées les 7 et 8 septembre dernier, sont devenues incontournables pour les clients de la société Horsch. Venus essentiellement de la partie nord de la France, agriculteurs et entrepreneurs de travaux agricoles étaient plus de 600 réunis sur le siège historique de la filiale française à Châteauvillain (Haute-Marne). Les journées étaient scindées en deux parties : conférences puis présentations de matériels, que vous allez découvrir en vidéo.

C’est Michael Horsch qui a introduit chaque matinée, exposant avec conviction sa vision ambitieuse et réaliste sur les principaux enjeux de l’agriculture européenne et mondiale. Visionnaire, il a insisté sur le rôle des marchés à forte croissance, pour un constructeur de matériel agricole. En effet, ce sont les récents marchés de l’Europe de l’Est qui ont été décisifs pour la société Horsch qui a développé de nouvelles techniques de semis à fort débit de chantier. « Nous voulons intensifier notre présence sur les marchés existants et nous implanter sur les marchés plus récents qui ont des demandes croissantes. » Selon Mickael Horsch, les trois puissances agricoles actuelles sont : les USA, l’Europe et le Chine. Il pose alors la question suivante: « Face à l’augmentation des cours, quel seuil de prix doivent atteindre nos productions agricoles pour que nos consommateurs arrêtent de les acheter ? » Cette question certes provocatrice, conforte l’avenir de l’agriculture mondiale productive à long terme.

Puis les matinées studieuses se sont poursuivies avec des intervenants passionnés et passionnants. Jean-Claude Fardeau, agronome, qui a passé l’essentiel de sa carrière à travailler sur la fertilisation des cultures, a détaillé l’intérêt de la fertilisation phosphatée. Il a été suivi par Bruno Chochoy, agriculteur dans l’Indre et Gilles Sauzet du Cetiom qui ont parfaitement démontré l’intérêt des techniques de travail du sol sur lesquelles ils travaillent depuis 1997, date de l’arrêt du labour sur l´exploitation. Ils veulent maîtriser l’enherbement et ne plus rencontrer de problèmes d’enracinement des pivots grâce à l’utilisation du Sprinter.

Moins technique, la seconde matinée a accueilli Sylvie Brunel, géographe, qui a repositionné le rôle central de l’agriculture dans le développement mondial soulignant, « la prochaine révolution qui attend le monde agricole est celle de l’écologie. » C’est Vincent Thierry qui a clôturé les débats. Agriculteur dans l’Oise, il gère depuis 15 ans une exploitation de 1 200 ha en Roumanie et a su donner ses conseils à une salle très attentive.

Les journées se sont poursuivies avec des démonstrations des principales nouveautés de matériels : en travail du sol et semis de la marque.

Poster un commentaire

Produits à comparer