En février dernier, Claas a produit sa 40 000e Jaguar à l’usine de Harsewinkel. Lancées en 1973, les ensileuses automotrices Jaguar ont su s’imposer partout dans le monde. Retour sur une histoire hors norme.

L’augmentation fulgurante de la culture du maïs à la fin des années 1960 exige des techniques de récolte toujours plus performantes. Les ensileuses alors existantes, qui sont principalement des outils attelés ou traînés, atteignent leurs limites. Claas reconnaît rapidement le potentiel de ce segment et se lance en juin 1973 dans la fabrication d’une ensileuse automotrice performante, la Jaguar 60 SF, suivie dès 1976 par la Jaguar 80 SF, considérablement perfectionnée : possibilité de séparer la chambre d’alimentation du carter du rotor, nouvelle soufflerie et nouvel automatisme de guidage. L’extension de la gamme avec l’arrivée de la Jaguar 70 SF est suivie en 1983 par une nouvelle génération d’ensileuses avec quatre modèles. Avec plus de 7 000 machines construites, les Jaguar 690, 680, 685 et 675 assurent à Claas la pole position en Europe.

Dès 1993, la Jaguar 800 est produite en présérie. La nouvelle série est équipée de moteurs de 228 kW (310 ch) à 354 kW (481 ch). Le montage des moteurs en position transversale derrière l’essieu directeur permet un entraînement des organes simple et direct, un acheminement en air de refroidissement optimal et un accès facile à l’intérieur de la machine. Cette nouvelle configuration devient une référence internationale pour les ensileuses modernes. Grâce à la charge optimale sur l’essieu moteur, il est pour la première fois possible d’intégrer des becs à maïs à 8 rangs.

Abritant un moteur de 445 kW (605 ch), la Jaguar 900 arrive dès 2001. Le conducteur y bénéficie d’un poste de travail entièrement réagencé. L’ensemble des fonctions se règle simplement ou peut être surveillé sur un terminal. Il est ainsi possible de régler l’affûtage du rotor à partir du siège du conducteur et d’utiliser au mieux le contre-couteau. Claas livre sur demande, à partir de la saison 2003, une version rapide, la SpeedStar (à la vitesse maximale autorisée de 40 km/h). En 2006, la Green Eye arrive sur le marché avec une puissance de 623 ch et de nombreuses nouveautés qui améliorent son niveau d’efficience et de confort. 

En 2014, la série Jaguar 800 passe elle aussi à la nouvelle génération. Là encore, le système de régulation automatique de la puissance du moteur Dynamic Power garantit une efficience et un débit maximums à pleine charge et à charge partielle, grâce à une élévation ou une réduction automatique de la puissance du moteur.

Pour le démarrage de l’exercice 2017, Claas lance une version évoluée de la Jaguar 900. Les nouveautés concernent l’entraînement variable de l’outil frontal, le système de gestion du flux de récolte encore amélioré ou encore le système Auto Fill permettant un chargement latéral ou arrière sans pertes.

Depuis 2018, la gamme Claas Jaguar compte une petite nouvelle, la 960 Terra Trac. Elle est la première ensileuse à proposer des chenilles suspendues intégrées d’usine. La 40 000e Jaguar vient d’ailleurs de quitter la chaîne de montage, chaussée de chenilles Terra Trac et flanquée d’un design spécial. Pour l’occasion, des ensileuses série spéciale anniversaire s’afficheront dans le monde avec le grand félidé dessiné sur le flanc. 

 

Poster un commentaire

Produits à comparer