Si vous êtes fan de Star Wars, vous allez être déçu ! Pas besoin d’être un Jedi pour utiliser la solution en cours de développement par la start-up Greenshield ! Et pourtant, François Feugier, cofondateur de la société, compte bien utiliser un laser pour détruire des ravageurs telles que limaces ou doryphores, mais également les adventices, notamment pour désherber sur le rang au plus près des plantes.

 

Si l’idée n’est pas récente, puisque le brevet a été déposé dès 2011 par François Feugier, alors en post-doctorat au Japon, le développement de cette solution totalement innovante s’est réellement accéléré ces dernières années. En effet, si la société GreenShield a été fondée dès 2016, c’est à partir de la fin de l’année 2018 que les choses se sont concrétisées pour François Feugier et son associé, Jean-Pierre Plonquet.

"C’est à cette époque que nous avons recruté notre premier ingénieur agronome, suivi très rapidement par le recrutement d’un docteur en IA et analyse d’image, se souviennent les deux associés. L’aventure a réellement commencé à devenir concrète à cette période, même si dans les deux années qui ont précédé ces embauches, nous avions été lauréats de nombreux concours."

Quand l’agronomie rencontre les mathématiques

Aujourd’hui, la société compte treize personnes, et a un objectif très précis : réussir à diminuer fortement, voire carrément supprimer quand c’est possible, l’utilisation de produits phytosanitaires.

"Pour cela, nous nous appuyons sur trois compétences complémentaires : l’agronomie, les mathématiques et la technologie", détaille Jean-Pierre Plonquet. 

"Actuellement, nous avons deux axes de travaux principaux, explique François Feugier. Le premier concerne la mise à disposition pour les viticulteurs, agriculteurs ou maraîcher de cartes de modulations innovante. En effet, en combinant nos expertises agronomiques et mathématiques, nous avons mis au point une stratégie de traitement unique basée sur le principe de la percolation et des portes coupe-feu. Avec notre modélisation épidémiologique, nous allons créer des cartes sur lesquelles nous allons calculer les seuils de percolation de la maladie ou du ravageur, afin de définir les zones où le traitement devra être réalisé à pleine dose, et des zones où l’exploitant peut se passer de traitement, sans risque pour la culture ou le rendement. L’idée est vraiment de n’intervenir que là où cela est nécessaire, pour isoler la maladie et ne pas étendre l’épidémie. Mais nous ne créons pas de cartes avec différentes doses à différents endroits. Soit nous préconisons la pleine dose, soit nous ne mettons rien. Mais nous voulons ainsi éviter au maximum l’effet "résistance" qui se développe de plus en plus."

Des tablettes RTK ou des capteurs

Pour pouvoir créer ce type de carte, il est primordial de pouvoir s’appuyer sur des données les plus précises possible. Pour cela, la société peut s’appuyer sur deux types d’informations :

"Nous proposons à nos partenaires des tablettes RTK, avec lesquelles ils vont pouvoir aller faire des relevés dans les parcelles, afin d’être le plus précis possible, explique François Feugier. Cette solution nous permet de gagner en précision, mais nous fait perdre en perdre en volume de données. C’est pourquoi nous souhaitons nous appuyer également sur des capteurs embarqués par les tracteurs, par exemple, pour avoir de nombreuses images que nous pourrons analyser par la suite, pour créer les cartes les plus précises possible. Nous sommes actuellement au stade de développement des algorithmes. Cela devrait être opérationnel rapidement."

Un module laser en développement

Mais le développement de ce genre de carte ne fait pas oublier pour autant à GreenShield son idée de départ : lutter contre les adventices, et même les ravageurs, à l’aide d’un laser.

"Le brevet a été délivré en 2019 dans neuf pays en Europe, nous travaillons donc d’arrache-pied pour proposer une solution commerciale rapidement. Mais attention, nous n’avons pas vocation à produire un robot nous-même, explique les dirigeants. L’idée est de créer un module laser, qui pourra aussi bien être installé sur un robot déjà existant, sur un tracteur, ou même sur un outil. Nous sommes encore au stade d’étude du marché pour trouver la meilleure solution. En parallèle, nous continuons les tests pour affiner les réglages, et notamment la détection des adventices qui se fait par intelligence artificielle. En 2020, nous avions effectué des tests sur des microparcelles, pour confirmer la faisabilité du projet. Le débit de chantier n’était alors pas une priorité. depuis l'an dernier, nous sommes en train de réaliser des tests en plein champ !"

Intervenir tôt pour détruire les plantes

En ce qui concerne le désherbage, celui-ci sera pleinement efficace si le laser vise une plante la plus jeune possible.

"L’idée est vraiment d’intervenir le plus tôt possible, confirme François Feugier. En effet, si le laser parvient à toucher l’hypocotyle, la partie de la tigelle située entre sa base (le collet) et les premiers cotylédons, l’adventice ne pourra pas redémarrer et sera donc éliminée totalement. Par contre, si le laser vient frapper l’adventice entre deux feuilles par exemple, il restera un bourgeon qui arrivera à repartir. Il faudra donc repasser autant de fois que c’est nécessaire, jusqu’à ce que la culture soit assez développée pour ne plus être dérangée par l’adventice. Nous avons conçu notre module pour qu’il soit totalement autonome. Un capteur va détecter l’adventice, la reconnaître grâce à l’intelligence artificielle, et ensuite déclencher le laser de manière quasi instantanée. En un quart de seconde, la plante sera touchée et le module s’occupera d’un autre plant."

Au fur et à mesure du développement, il s’est avéré que le module laser pouvait avoir d’autres utilités.

"En effet, nous pourrions imaginer un robot qui circule la nuit dans un champ de colza, qui serait en mesure de détecter les limaces et de les tuer à l’aide du laser !"

Commentaires

  •  Julie  jeu, 02/06/2022 - 18:20

    Bel article on en apprend beaucoup :) plis qu'a se renseigner davantage sur wikipedia lol https://www.wikipedia.fr/

Poster un commentaire

Produits à comparer