Gaël Ranger, agriculteur en Charente-Maritime, a installé un système de hauteur de rampe automatique à ultrasons (Arag) sur son pulvérisateur Ibis de 2003. S’il lui a fallu « deux bonnes journées » pour faire le montage, il n’a qu’un seul regret : ne pas l’avoir installé plus tôt !

Pourquoi avoir installé cet équipement ?

Gaël Ranger : « Après avoir fait évoluer mon automoteur de pulvérisation vers l’autoguidage, je me suis penché sur les systèmes qui pourraient encore me faciliter la conduite lors des traitements. J’ai tout d’abord étudié la gestion des tronçons automatique par GPS, mais mon matériel étant trop ancien,  ce " tuning " demeurait compliqué et relativement coûteux. Lors de ces recherches, je suis tombé sur le kit BLC de chez Arag (Boom Levelling Control) : l’idée d’automatiser la gestion de la hauteur de rampe m’a plu.

Cela m’évite maintenant d’avoir à corriger régulièrement ma hauteur de rampe et/ou son inclinaison. Je peux mieux suivre le sol lors de conditions d’application légèrement venteuses et lors des traitements nocturnes. Les capteurs ultrasons détectent également la hauteur des cultures, ce qui est très pratique lorsqu’elles varient selon les bandes de terres, en colza par exemple. Finalement, je n’ai qu’un seul regret : ne pas l’avoir installé plus tôt ! » 

Quatre capteurs ultrasons sont fixés sur les rampes.

Concrètement, de quoi s’agit-il et comment cela fonctionne-t-il ?

G. R. : « Le kit est relativement simple : un boîtier de commande en cabine, une unité de commande étanche à placer près des électrovannes des rampes, quatre capteurs ultrasons à fixer sur les rampes, et le câblage qui relie le tout. Au champ, il suffit de programmer la hauteur de rampe désirée et l’automatisme vient agir sur les commandes des rampes à notre place. Personnellement, mon parcellaire étant relativement plat, j’ai opté pour la version qui ne gère que la hauteur de rampe générale et le correcteur de dévers. Il existe aussi une version qui régule également la géométrie variable.

La mesure de la hauteur est réalisée par quatre capteurs à ultrasons répartis sur les 30 mètres de rampe. Le boîtier visio en cabine se charge de corriger l’inclinaison et la hauteur selon la consigne enregistrée. Deux hauteurs de rampe sont programmables : au travail en mode pulvérisation et pour les fourrières avec un réglage de la hauteur plus élevée. Il est bien sûr possible de repasser en mode manuel. Dans ce cas-là, les contacteurs d’origine du pulvérisateur permettent d’agir sur les rampes, notamment lors des phases de pliage-dépliage. »

Le pulvérisateur Ibis de 2003 est maintenant doté d’un système de hauteur de rampe automatique.

Comment s’est passé le montage et quelles compétences sont requises ?

G. R. : « Bien que relativement simple, l’installation m’a quand même occupé deux bonnes journées. Après une phase d’identification des électrovannes, il suffit de fixer les différents éléments, de connecter les prises normalisées de l’unité de commande entre les prises et les électrovannes d’origine, puis d’alimenter le kit.

L’avantage de ce système, c’est qu’il s’insère entre les composants d’origine et ne nécessite donc pas de changer le bloc d’électrovannes. Une bonne partie du temps a été consacrée à la fixation du câblage par le biais de colliers de serrage plastique. Quelques notions d’électricité sont nécessaires pour bien identifier le sens des connexions et une alimentation sécurisée de l’équipement, mais globalement cela reste du bricolage courant pour de nombreux collègues.

Il existe plusieurs petites nuances de montage, comme l’asservissement de la bascule entre les deux hauteurs automatiques (champ/fourrière) qui peut soit se commander manuellement depuis le boîtier, soit par l’ajout d’un contacteur, ou bien lors des ouvertures ou fermetures de la pulvérisation. J’ai opté pour la dernière option : dans ce cas-là, il faut se reprendre sur la commande électrique de l’électrovanne générale de pulvérisation. Pour faire simple, si la bouillie est pulvérisée, ma rampe se met à hauteur programmée " champ ", et quand la pulvérisation de bouillie s’arrête, la rampe passe en mode automatique " fourrière ".

Dès que l’on agit sur les commandes de rampes d’origine, le système repasse en manuel. Pour finaliser l’installation, il faut ensuite paramétrer les différentes constantes qui conditionnent la réactivité et les amplitudes d’action du système. Honnêtement, je n’y ai pas consacré beaucoup de temps, je me suis contenté de légèrement modifier les réglages d’usine. Je ne cherche pas à ce que les rampes soient en permanence en train de s’adapter : je vise plutôt un suivi doux et régulier. »

L’installation du kit a nécessité deux bonnes journées.

Comment vous êtes-vous procuré ce kit, et à quel prix ?

G. R. : « Les produits Arag sont commercialisés par de nombreux canaux. Personnellement, je l’ai commandé chez AgriPrecision.net, un fournisseur local d’équipement pour l’agriculture de précision. Le kit coûte environ 3 500 € HT. Il faut compter un peu plus pour l’option géométrie variable ou si l’on désire se le faire installer. J’avais trouvé des kits comparables mais qui obligeaient de changer le bloc d’électrovannes et qui s’élevaient plutôt vers les 10 000 € HT. Cette solution moins onéreuse et mécaniquement plus simple me convient totalement. »

Le boîtier visio en cabine se charge de corriger l’inclinaison et la hauteur selon la consigne enregistrée.

Poster un commentaire

Produits à comparer