Débarqué des USA en février 2017, le Concept Case Autonome a marqué le dernier SIMA. Dix-huit mois plus tard, Case a annoncé que des Quadtrac autonomes travaillent et sont au cœur d’un projet pilote.

Le programme "Autonomy and Automation" avance

Présenté aux USA en 2016, le concept sans cabine a prêté sa technologie à des QuadTrac pour un test en conditions réelles. Les développements réalisés depuis s’ajoutent à toute l’électronique du concept autonome. Robert Zemenchik, responsable Case IH AFS Monde, assure que la marque est "prête à montrer comment les automatismes et l’autonomie s’appliquent à l’agriculture et comment les solutions d’agriculture de précision de ses utilisateurs actuels peuvent progresser."

Une entreprise légumière effectue les tests au champ

Avec l’objectif de comprendre comment la conduite autonome peut être utilisée, Case IH a conclu un partenariat avec l’entreprise Bolthouse Farms. Ainsi, les contraintes du monde réel pourront être évaluées afin de servir le programme de développement. Pour Rob Zemenchik, c’est "la seule façon de valider les utilisations dans les fermes. Les exemplaires de test, utilisés par les agriculteurs sur leur ferme, sont intégrés à la flotte actuelle et aux travaux quotidiens.» C’est donc le plus grand producteur de carottes d’Amérique du Nord qui a reçu les QuadTrac autonomes. Les équipes travaillent toute l’année sur quelques dizaines de milliers d’hectares aux USA et au Canada. Le désir d’améliorer la productivité ainsi que l’appétence des salariés de Bolthouse Farms pour les technologies de pointe ont conduit Case IH à choisir ce client comme ferme pilote.

 

Des tâches simples pour commencer

Les premiers mois de 2018 sont l’occasion pour les QuadTrac autonomes d’effectuer du travail du sol superficiel et profond. Ces tâches, très répétitives sont réalisées avec un cover-crop en X True-Tandem et un décompacteurr Ecolo-Tiger. Le constructeur souhaite évaluer ainsi les tracteurs autonomes dans des conditions météorologiques, des sols et des environnements variés. Pour Rob Zemenchik : « un des buts prioritaires est d’avoir un retour agronomique ainsi que le retour d’expérience des salariés qui vont superviser la machine en conditions réelles. Ainsi Case IH pourra développer et affiner les technologies de commande et les systèmes d’optimisation de la machine au travail. C’est également l’occasion d’apprendre grâce à Bolthouse Farms et leurs souhaits d’automatismes et d’autonomie auxquels nous n’aurions pas encore pensé. »
Pour Brian Grant, vice-président Agriculture de Bolthouse Farms, le programme pilote du tracteur autonome est une opportunité de trouver des nouveaux leviers pour une exploitation plus efficiente afin de produire une nourriture de haute qualité pour les consommateurs. « Nous débutons à peine le jeu du "Et si ?" et nous nous questionnons avec les ingénieurs de Case IH à propos des capacités des tracteurs autonomes, explique Brian Grant, les réponses que nous produisons vont davantage vers une question de temps avant la disponilité d'une fonction qu’une question de capacités de la machine. »

Poster un commentaire

Produits à comparer