L’année 2022 peut être considérée comme une bonne année pour la distribution des matériels agricoles avec une augmentation moyenne du chiffre d’affaires estimée entre +8 et +9% par rapport à 2021, indique le Sedima dans un communiqué.

Cette croissance tient à un bon niveau de la demande depuis le début de l’année mais également aux hausses de prix que les distributeurs ont été contraints de répercuter. Toutefois, à l’issue du troisième trimestre, près de 90% des distributeurs sont toujours confrontés à des allongements de leurs délais d’approvisionnement. En moyenne, les délais d’approvisionnement annoncés aux distributeurs par leurs fournisseurs à mi-octobre allaient de 25 à 40 semaines selon les matériels.

© Sedima

Évolution de la demande, des prix et des délais d’approvisionnement

Dans un contexte économique global incertain et inflationniste et malgré, ou à cause, du dynamisme de l’activité depuis le début de l’année, l’évolution de la demande était à mi-octobre l’une des principales préoccupations des distributeurs. Certains craignent un ralentissement, voire un retournement de l’activité en 2023.

À l’issue du troisième trimestre 2022, le moral des agriculteurs était toujours considéré comme bon pour le marché grandes cultures et, dans une moindre mesure, pour celui de la vitiviniculture. En revanche, la situation semblait moins favorable pour la polyculture-élevage et plus particulièrement pour les équipements d’élevage mais avec néanmoins des disparités selon les régions.

Sur les neuf premiers mois de l’année, les hausses des prix d’achat des matériels pour les distributeurs étaient a minima de plus de +10% en moyenne pour la majorité des distributeurs, voire dépassaient les 20% pour certains matériels. La moitié des distributeurs considérait que les augmentations de prix pourraient avoir pour conséquence un report ou une annulation de commandes.

Des premières estimations mitigées pour le premier semestre 2023

À mi-octobre, seule une minorité de distributeurs de matériels agricoles envisageait une augmentation de leurs prises de commandes en valeur de matériels neufs ou d’occasion par rapport au premier semestre 2022. Les sources de croissance pour le premier semestre sont plutôt attendues à l’atelier ou au magasin pour un peu plus de 40% des entreprises.

© Sedima

Données issues de l’enquête de conjoncture menée par le SEDIMA entre le 26 septembre et le 14 octobre 2022 avec un taux de réponse de 31%.

Poster un commentaire

Produits à comparer