Cette semaine, GTP continue de prendre des nouvelles des différentes entreprises de l’agroéquipement. Après Pommier SCEPB qui nous expliquait maintenir sa production pour le moment, mais avec une gestion au jour le jour, c’est au tour d’Anne Duyck, responsable marketing et communication Väderstad France de nous en dire plus sur l’impact du coronavirus pour Väderstad.

Quel est l’impact du Covid-19 sur votre activité ?

Anne Duyck : Tout d’abord, concernant la filiale française de Väderstad, tout le monde est encore sur le pont, nous n’avons pas eu recours au chômage partiel pour le moment. Mais nous avons dû nous adapter. Toute l’équipe habituellement basée au bureau est en télétravail, sauf le responsable pièces de rechange et notre préparateur de commande. Concernant les commerciaux et l’équipe technique, c’est un peu plus compliqué car ils doivent rester dans un périmètre autour de chez eux, car ils ne peuvent plus aller à l’hôtel ni au restaurant. Mais ils continuent d’être présents sur le terrain, aux côtés des utilisateurs si nécessaire.

 

Justement, les semis de betteraves débutent, et nous allons arriver dans la période des semis de maïs. Comment vont se faire les mises en route des Tempo par exemple ?

A. D. : C’est une période importante pour nous, car le Tempo représente vraiment une gamme de produits stratégique pour Väderstad France. Mais, sans savoir que Covid-19 allait bouleverser notre quotidien, nous avions pris des mesures pour anticiper le pic d’activité que représentent les semis de printemps habituellement chez nous. En effet, juste avant le début du confinement, nous avons pu finir notre programme de formation destiné aux chauffeurs utilisateurs mais aussi aux techniciens de concessions. De plus, grâce à nos vidéos tutorielles QuickStart, nos techniciens peuvent accompagner les utilisateurs à distance par téléphone, en s’appuyant sur les vidéos. Donc globalement, nous sommes confiants.

 

Enfin, concernant votre usine, comment cela se passe ?

A. D. : Pour notre usine en Suède, l’indépendance a toujours été une priorité. Hormis pour certains composants électroniques, nous dépendons vraiment très peu de fournisseurs extérieurs. Nous fabriquons nous-mêmes l’ensemble des pièces. Concernant les composants électroniques qui pouvaient venir de Chine notamment, Väderstad a cherché des alternatives dès le début de la pandémie en Chine. Grâce à tout cela, la production continue à un rythme classique, dans le respect de toutes les consignes gouvernementales bien entendu. Il risque d’y avoir des retards à la livraison suite aux problèmes logistiques, mais l’usine tourne normalement pour le moment.

Poster un commentaire

Produits à comparer