L’an dernier, l’Axema a annoncé une reprise du marché des agroéquipements lors de sa conférence annuelle sur la conjoncture du secteur. Qu’en est-il aujourd’hui ? 

Les résultats de 2018 confirment que les industriels renouent avec la hausse du marché annoncée en 2017. D’après l’enquête annuelle d’Axema, plus d’un dirigeant sur deux déclare connaître une reprise économique, avec une croissance plus importante sur les marchés export. En effet, le chiffre d’affaires des entreprises de la filière agroéquipement (fabrication et commerce) a augmenté de 6 % au 1er semestre 2018. Le secteur des matériels d’élevage est celui qui connaît la croissance la plus importante. Il est suivi des matériels de transport. Les entreprises de matériels de semis, de plantation et de travail du sol connaissent également une croissance.
Concernant les perspectives du chiffre d’affaires des entreprises, elles restent positives au second semestre 2018 pour 57 % des dirigeants contre 47 % en 2017. Les hausses de chiffre d’affaires les plus significatives sur ce semestre sont celles des entreprises de matériels de semis et de plantation. 
Deux dirigeants sur trois anticipent une poursuite de la croissance supérieure à 2 %, au 1er semestre 2019. Ces projections s’expliquent par la hausse des revenus agricoles, la stabilité de la santé économique et la baisse des investissements ces deux dernières années. 

Des marges en baisse 

L’augmentation du prix des matières premières devient le premier facteur explicatif de la baisse des marges selon 45 % des industriels interrogés. D’autres circonstances telles que les faibles volumes de vente, l’augmentation des coûts liée à la réglementation et l’augmentation de la masse salariale pèsent aussi dans la balance. 
Ce sont les entreprises les plus importantes qui préservent le mieux leurs marges, avec un taux de marge à 22 % en 2017 par rapport aux PME affichant un taux à 11 % sur la même période. Malgré des facteurs contraignants, les entreprises ont investi 4,1 % de leur CA en 2018, contre 3,6 % en 2017, dans la R&D. En ce qui concerne les capacités de production, seulement 53 % des dirigeants les considèrent suffisantes. Un tiers d’entre eux souhaitent les développer.

Une hausse insuffisante du recrutement 

Annoncé également l’an dernier, le secteur de l’agroéquipement a recruté cette année. En effet, les recrutements en CDI connaissent une hausse de 2,1 % en 2018, avec une prévision de +2,3 % pour 2019. Les fonctions de production seront les premières concernées. Le secteur compte également recruter des techniciens itinérants. « Nous observons une pénurie importante sur les capacités de production. C'est l'une des tendances montante et préoccupante de 2018. Un tiers des dirigeants d’entreprise rencontrent de grosses difficultés de recrutement, c'est l'un des principaux enjeux pour les entreprises sur les années à venir », estime Frédéric Martin, président d’Axema.

Poster un commentaire

Produits à comparer