L’Axema, le syndicat des industriels de l’agroéquipement, a publié son rapport économique 2021. Il révèle notamment que, malgré la crise, le secteur industriel de l’agroéquipement a maintenu un très bon niveau d’activité, avec une croissance qui tend à se poursuivre en 2021. Pour autant, l’année à venir s’annonce ambivalente face à l’envolée du prix des matières premières industrielles, conjuguée à l’indisponibilité de certains composants. Une situation qui fait naître de très fortes inquiétudes sur la capacité de production et de livraison des agroéquipements.

 

Stabilité du marché des agroéquipements en 2020

Malgré la crise sanitaire et les mauvaises récoltes de l’été dernier, 2020 n’a pas été l’année catastrophique envisagée. Les conséquences de la pandémie de Covid-19, qui ont été sensibles au premier semestre, se sont surtout manifestées au niveau de la production française d’agroéquipements qui, après avoir été interrompue entre trois et cinq semaines en moyenne lors du premier confinement, a finalement diminué de 3,5% sur l’ensemble de l’année.

La reprise de l’activité, à partir des mois d’avril et de mai 2020, a été forte et s’est poursuivie jusqu’à la fin de l’année. Les ventes de matériel neuf, réalisées par les fabricants et importateurs auprès de leur réseau de distribution ou directement auprès de leurs clients finaux, sont restées stables, s’établissant à 6,1 milliards d’euros, soit un niveau proche de celui de 2019. En 2020, le secteur industriel de l’agroéquipement regroupe 520 entreprises pour un chiffre d’affaires total de 13,3 milliards d’euros et 26700 salariés.

 

Des résultats nuancés selon les familles de produits

Si le marché des agroéquipements s’est stabilisé en 2020, les situations ont été nuancées selon les familles de produits. Le marché des tracteurs, qui représente 25% à 30% des ventes de matériel neuf, s’est maintenu à son niveau de 2019. L’outillage espaces verts, les chariots télescopiques ou encore les serres ont enregistré des croissances significatives.  

Le matériel de récolte – et notamment les moissonneuses –, de travail du sol ou encore de fertilisation, ont vu leurs ventes diminuer. Toutefois, aucun matériel n’a connu de baisse supérieure à 10%, indique l’Axema.

 

Perspectives pour 2021

La dynamique du marché reste forte en ce début d’année et porte les professionnels du secteur à anticiper une nouvelle croissance de +5% à +7% du marché en valeur. Néanmoins, l’inflation non maîtrisée des coûts de production et surtout l’indisponibilité croissante de certains intrants industriels essentiels, posent de réelles interrogations.

Selon un tout dernier sondage effectué par l’Axema auprès de ses membres industriels, les risques liés à la situation des matières premières industrielles s’aggravent : 94% des entreprises rencontrent des difficultés d’approvisionnement, 75% d’entre elles sont confrontées à une pénurie d’approvisionnement avec par ordre d’importance : l’acier, les composants électroniques et hydrauliques. Enfin, 13% estiment inéluctable l’arrêt temporaire de certaines chaînes de production.

L’augmentation des coûts de production place les industriels face au risque d’une baisse de leurs marges. Le prix de l’acier, qui représente 30% à 40% du coût de fabrication moyen du matériel agricole, a ainsi plus que doublé en un an, passant de 550 euros/t à 1250 euros/t.

 

Poster un commentaire

Produits à comparer