Accueil > News > PULVÉRISATION et ÉPANDAGE > Un drone pour pulvériser l'Amérique

Un drone pour pulvériser l'Amérique

USA
Publié le :

Voir toutes les images

 Un drone pour pulvériser l'Amérique
Chaque année, près d'un million d'hectares de rizières et de cultures difficiles d'accès est traité grâce à des drônes au Japon, en Corée du Nord, en Australie et bientôt aux États Unis.
Confrontée à une pénurie de main d'oeuvre dans le domaine agricole dans tout l'archipel, le gouvernement japonais a demandé en 1983 à Yamaha Motor de concevoir un appareil capable de pulvériser des champs sans pilote et de se substituer aux campagnes d'épandage en hélicoptère et en avion. L'objectif est de préserver les populations locales, l'environnement et pour que cessent enfin ces séries d'accidents qui causent la mort de pilotes chaque année. La concrétisation commerciale du projet aboutira quatorze ans plus tard.

Yamaha Rmax

Depuis, plus de 2.600 Rmax volent au dessus de rizières, de parcelles de blé, de pommes de terre, d'arbres fruitiers ou de vignes. Yamaha estime même que 36% des rizières japonaises sont traitées grâce à ce type d'appareil, piloté à distance via une télécommande. Le drone de Yamaha a déjà effectué plus de deux millions d'heures de vol. De quoi rassurer les autorités américaines et la FAA (Federal Aviation Administration), qui lui ont accordé le droit de venir survoler les parcelles américaines, dont une partie est toujours traitée par avion. Le fabricant japonais a le vent en poupe et ambitionne de passer sa production de 320 à 500 unités d'ici 2020.

Tarifé 70.000 euros de base, l'appareil de 64 kg peut embarquer 28 kg de produit. Avant d'être ravitaillé d'un carburant à base d'essence améliorée, il peut voler 45 minutes à une vitesse maximale de 70 km/h et une altitude plafonnée à 150 mètres. Le Rmax s'anime grâce à un bicylindre deux temps de 246 cm3. Il peut traiter sur une largeur de trois mètres avec une plus grande précision que ne le permettent les aéronefs classiques, comme les Airtractor, ces avions travaillant à près de 170 km/h.
Article rédigé par :