Accueil > News > TRACTEURS > Quatre Xérion à la montagne

Quatre Xérion à la montagne

Publié le :

Voir toutes les images

 Quatre Xérion à la montagne  Quatre Xérion à la montagne  Quatre Xérion à la montagne  Quatre Xérion à la montagne  Quatre Xérion à la montagne  Quatre Xérion à la montagne  Quatre Xérion à la montagne  Quatre Xérion à la montagne  Quatre Xérion à la montagne  Quatre Xérion à la montagne  Quatre Xérion à la montagne  Quatre Xérion à la montagne  Quatre Xérion à la montagne  Quatre Xérion à la montagne  Quatre Xérion à la montagne  Quatre Xérion à la montagne
L’occasion de croiser les Xerion 3300 et 3800 ne manque pas, tant leur présence lors d’évènements locaux et internationaux est importante. Mais ce ne sont plus des bêtes de foire. La diffusion qui s’est accélérée depuis cinq ans et la possibilité de les louer aux moments des travaux les hissent au rang de tracteurs de grosse puissance les plus vendus ces dernières années. Les Xérion sont aussi prisés loin des plaines, à tel point qu’il nous a fallu prendre de la hauteur pour mesurer tout l’intérêt de leur concept de porteur modulable. C’est en Haute Savoie, à quelques encablures de Morzine que nous découvrions en action comment quatre Xérion peuvent dégager un col de haute montagne.
Quatre Xérion à la montagne L’utilisation que l’ETA Croset fait de son Xerion 3800 est tout simplement unique et a fait l’objet d’une étude réfléchie de la part de Claas et d’un spécialiste isérois, la société Villeton. Le déneigement, c’est la spécialité de cette entreprise familiale basée à Saint André Le Gaz où le service et l’écoute d’une clientèle exigeante à une période difficile de l’année est une priorité. « Le déneigement n’attend pas » insiste Jean Villeton. Depuis une vingtaine d’années, il conçoit et fabrique des étraves et outils de salage et adapte des porteurs aux conditions hivernales notamment pour les collectivités et aéroports. A cela s’ajoute une activité d’importateur des matériels Epoke pour le territoire français et de fraises à neige Kahlbacher ou Rolba-Zaugg. En 2010 la firme employait 32 personnes et a enregistré 10,5 Millions d’Euros, soit quelques 600 lames de déneigement, 420 équipements sur porteurs, 100 saleuses et 10 montages spéciaux vendus bien au-delà de la région. C’est dans le cadre de cette activité, que quatre Xérion ont été équipés pour la neige. Le 4500 de grandes cultures, s’il n’est pas chaussé de pneus Nokian pousse une étrave tri-axiale de 4,20 mètres. Plus petits mais mieux habillés, les trois 3800 sont chaussés des pneumatiques Nokian dont le grip permet plus de fantaisies qu’un pneu agraire classique sur neige. Tous sont en version Trac VC, cabine tournée pour une meilleure visibilité. Et l’objet de toutes les convoitises n’a rien du Xérion habituel. La société Villeton, après être littéralement tombé sous le charme du concept à son lancement, en adaptait un exemplaire pour les besoins d’un père et de son fils, entrepreneurs agricoles et d’environnement à Groisy (74). « C’est un peu un pari. Nous l’avons choisi pour sa polyvalence car il nous fallait un porteur puissant qui puisse effectuer nos travaux de déneigement l’hiver, et d’autres activités agricoles l’été » indiquent Marcel et Julien Croset. « Même en haute montagne, la maniabilité de ce tracteur est excellente ». Faire un automoteur soit même est une chose difficile et économiquement peu rentable. Avec son châssis compact et l’espace qu’offre la plate forme une fois la cabine retournée, le Xérion permet à Jean Villeton et son équipe de lui associer un « kit » composé de trois lames pour un travail sur une largeur maximale de 11 mètres. « Nous ne travaillons quasiment jamais sur une telle largeur, d’autant qu’il faudrait être deux pour conduire et manœuvrer les lames », commente Julien Croset. Effectivement, les ailerons latéraux servent d’écrêteur et permettent de sécuriser les voies en créant une bordure de 1m20 de hauteur. Cet équipement a nécessité quelques évolutions sur le porteur et notamment le remplacement des réservoirs latéraux pour encastrer le dispositif de repliage des ecrêteurs en respectant un gabarit routier compact. L’accès a été revu en conséquence, avec un passage en diagonale du conducteur sur une passerelle sécurisée par des grilles antidérapantes. En cabine, les Croset ont une vue en hauteur à 360° sur l’environnement de leur appareil et peuvent contrôler grâce à deux joysticks les fonctions automatisées de l’étrave et des ailerons, en plus du joystick Claas voué à faire avancer l’appareil. Enfin, l’autre intérêt est de pouvoir démonter l’ensemble de déneigement en moins de quatre heures grâce à ses multicoupleurs hydrauliques et sa modularité, un avantage qui permet de rentabiliser hors saison neigeuse cet appareil pour l’ETA Croset. 
Article rédigé par :