Accueil > News > VÉHICULES, QUADS et SSV > Nouvel Alaskan, Renault suit le courant

Nouvel Alaskan, Renault suit le courant

Publié le :

Voir toutes les images

 Nouvel Alaskan, Renault suit le courant  Nouvel Alaskan, Renault suit le courant  Nouvel Alaskan, Renault suit le courant  Nouvel Alaskan, Renault suit le courant  Nouvel Alaskan, Renault suit le courant  Nouvel Alaskan, Renault suit le courant  Nouvel Alaskan, Renault suit le courant
Le pick-up n'a pas encore converti la France, mais se porte très bien dans une bonne partie du monde. Renault, mis en appétit par cet engouement lance l'Alaskan, un véhicule abouti au look bien trempé.
Ce grand déménageur tout-terrain connaît un véritable succès au-delà des marchés traditionnels d'Amérique du Nord et du Sud, où il culmine toujours en tête des ventes. Depuis des décennies, le F150 de Ford est toujours indétrônable de la première marche du podium aux USA. En France, il s'est vendu en 2015 12.000 pickups, sur un marché total de 1,9 million de véhicules. Avec 7% de plus par rapport à l'exercice précédent, cela confirme un regain d'intérêt pour ce type de véhicule, d'abord utilitaire, mais de plus en plus prisé par les particuliers.  

Si l'Oroch présenté l'année dernière n'était qu'un Duster bricolé, l'Alaskan est quant à lui un vrai pick-up, du même genre que ses cousins nippons. D'ailleurs, c'est sur la base du nouveau Nissan Navarra NP 300 qu'il repose. Long de 5,25 à 5,35 mètres selon la configuration de cabine (simple ou double), il sera fabriqué sur les mêmes chaînes de fabrication que le nippon, à Barcelone en Espagne et Cordoba en Argentine. Ce mastodonte hérite du style des dernières créations Renault, signées par le chef du design Laurens van den Acker, et comme le Navara, d'une suspension arrière multibras et d'un châssis entièrement caissonné. Un choix technique qui ne pénalise pas vraiment les capacités de franchissement ou de charge, portée à 1 tonne, mais contribue au confort de conduite et d'amortissement. Côté motorisation, il sera disponible avec un quatre cylindres 2,3 litres DCi twin-turbo, soit en 160 soit en 190 chevaux, avec boîte manuelle à six rapports ou automatique à sept rapports et transmission deux ou quatre roues motrices.

L'intérieur est également emprunté au pick-up Nissan et par conséquent, seul le volant est différent. On trouve une navigation avec écran tactile 7 pouces avec vue à 360° grâce à quatre caméras et des sièges avant chauffants. Renault n'a pas encore communiqué sur les tarifs de l'Alaskan, mais ceux-ci ne devraient pas beaucoup différer du modèle japonais, annoncé entre 21.883 et 41.210 euros. Et ne l'oublions pas, comme tous les pick-ups sont classés en véhicule utilitaire, l'Alaskan échappera au malus CO2.  
Article rédigé par :

A voir aussi :