Accueil > News > RÉCOLTE > Les chantiers décomposés font de la résistance

Les chantiers décomposés font de la résistance

Publié le :

Voir toutes les images

 Les chantiers décomposés font de la résistance  Les chantiers décomposés font de la résistance  Les chantiers décomposés font de la résistance  Les chantiers décomposés font de la résistance  Les chantiers décomposés font de la résistance  Les chantiers décomposés font de la résistance  Les chantiers décomposés font de la résistance
Les arracheuses intégrales se sont imposées dans le paysage betteravier, reléguant au passage les automotrices traditionnelles au registre du patrimoine mécanique. Seuls les chantiers décomposés semblent vouloir résister à cette tendance, et toujours innover. Preuve avec le concept X-Beet de Franquet.
Lors du SIMA 2013, la TE7 Cargo reprenait la cinématique globale des TE4 et TE6 produites depuis plus de vingt ans. Une effeuilleuse attelée à l'avant du tracteur. Une arracheuse chargeuse à l'arrière. Plus une évolution qu'une révolution, cette machine se distinguait par sa trémie d'attente et une surface de nettoyage plus grandes.

Avec sa X-Beet, Franquet veut changer la donne et se rapprocher d'un point de vue conceptuel de l'intégrale tout en étant économique, simple et proche de son débit de chantier. Entièrement redessinée, l'effeuilleuse dispose de scalpeurs montés sur parallélogrammes. L'évacuation des feuilles se fait sur le côté droit par une vis sans fin, avant d'être éparpillées par un moulinet pour éviter d'encombrer la chargeuse et de salir les betteraves. Particularité de ce concept, cette effeuilleuse est associée au bâti arracheur, dont les socs oscillants ont été remplacés par des socs alternatifs. Les betteraves sont reprises et déterrées en douceur par la table à rouleaux avant d’être déposées en andain entre les roues du tracteur. Avec l’arrachage à l’avant du tracteur il est désormais possible de conserver les mêmes pneumatiques toute l’année et de limiter l’impact de l’arrachage sur le tassement des sols. Afin de limiter le besoin de puissance, la X-Beet a été compactée au maximum afin de convenir à la plupart des relevages avant. Ses dimensions sont de 2,5 mètres de longueur entre le point d’attelage et l’avant de la caisse d’effeuilleuse (3,30 mètres hors tout avec la grille andaineuse et les roues de jauge) et de 3,2 mètres de largeur pour un poids à vide de 2.700 kg (À titre de comparaison, le Synchromix 6 mètres a un poids de 3.070 kg).
Un système d’autoguidage avec asservissement de la direction du tracteur sera même proposé pour faciliter la conduite et le contrôle de l’arracheuse.

Pour reprendre l’andain, Franquet a également revu sa chargeuse, calquée sur le concept de la TE7 Cargo. Celle-ci vient reprendre l’andain de betteraves derrière le tracteur et le nettoyer par une succession de quatre turbines, soit 15 mètres de longueur de déterrage. La nouvelle chargeuse est disponible dans deux variantes, avec tapis élévateur à godet pour un soin maximum des betteraves ou avec un élévateur à double tapis (synchrones ou asynchrones) pour un nettoyage maximum en conditions difficiles. La nouvelle chargeuse à une trémie d'attente de 5m3.

Franquet mettra en service la première X-Beet durant la campagne betteravière 2015 et le prototype sera visible en avant-première lors du salon Equip’Agro à Châlons en Champagne (51) du 28 août au 7 septembre 2015. Parce que l'arracheuse est désormais à l'avant du tracteur, combinée à l'effeuilleuse, le chantier devient alors modulable. Cette solution va offrir de nouvelles opportunités à Franquet, mais avant tout aux utilisateurs, qui pourront arracher et chargeur en un seul passage, arracher et charger en deux passages dans l'idée de pouvoir sécher les racines et même de pouvoir passer à un chantier de 8 ou 12 rangs en utilisant un tracteur de forte puissance à poste inversé.
Article rédigé par :