Accueil > News > TRAVAIL DU SOL et SEMIS > Le vendéen déploie ses ailes

Le vendéen déploie ses ailes

Publié le :

Voir toutes les images

 Le vendéen déploie ses ailes  Le vendéen déploie ses ailes  Le vendéen déploie ses ailes  Le vendéen déploie ses ailes  Le vendéen déploie ses ailes
Rien ne semble pouvoir arrêter les ambitions du constructeur vendéen. Carré veut passer à l'étape suivante, s'imposer face aux leaders du marché dans le travail du sol et développer son activité de sous-traitant. Pour cela, il s'est doté d'un nouvel atelier de peinture ultra-moderne qui sera exploité par de nouveaux outils présentés lors du prochain SIMA. Et, pour nourrir sa réflexion de spécialiste du désherbage mécanique depuis près de 30 ans, Carré se lance dans la robotique.
Le Penterra déploiera ses griffes également au SIMA, avec des modèles portés, semi-portés ou sur porte-outil d'une largeur comprise entre 3 et 12 mètres. L'appareil de déchaumage passera par la nouvelle installation de peinture, fruit d'un investissement de 8 millions d'euros. Il dispose de cinq rangées de dents, d'un large dégagement pour permettre un écoulement de la terre et des résidus végétaux et d'un dégagement sous châssis de 650 mm (dans le cas d'une dent vibrante de 80x12mm). Chaque dent est espacée de 15 cm (ou 12,5 et 17,5 cm au choix) et montée en quinconce sur le châssis. Chaque machine Carré se doit d'être personnalisable, et le Penterra ne déroge pas à cette règle. Il peut s'armer de trois types de dents, quatre socs, des lames niveleuses hydrauliques pour la reprise de labour et jusqu'à neuf rouleaux selon le travail recherché. C'est en cabine que s'effectue l'essentiel des réglages, comme le terrage et donc la position des équipements avant ou arrière.
  
Anatis a reçu une citation lors des SIMA Innovation Awards. Développé avec le concours de l'un des leaders français de la robotique, la société Naïo Technologies, cet engin autonome et connecté à un smartphone ou une tablette a comme vocation première d'assister l'agriculteur ou le maraicher au moment d'intervenir dans ses cultures. Anatis peut biner, mais également recueillir des informations liées à l'état des cultures, la présence d'adventices, l'hygrométrie ou la température du sol et de l'air, et de les retranscrire à l'utilisateur. Un rapport de parcelle permet notamment une meilleure anticipation et une gestion au quotidien. Anatis se déplace seul par sa seule énergie électrique, grâce à un système de guidage GPS, caméra et laser. Il sera présenté au SIMA 2015 et suivi d'une commercialisation fin 2015.
Article rédigé par :