Accueil > News > ENTREPRISES > Lavail et Mécadoc fusionnent et créent T3M

Lavail et Mécadoc fusionnent et créent T3M

Publié le :

Voir toutes les images

 Lavail et Mécadoc fusionnent et créent T3M  Lavail et Mécadoc fusionnent et créent T3M

Le marché du machinisme agricole dans le sud-ouest prend une nouvelle dimension avec la naissance d'un nouveau groupe de distribution. Pierre Lavail, président du groupe Lavail et son homologue de Mecadoc, Jean-Jacques Pons viennent d'unir leurs forces en créant le groupe T3M.

« Additionner nos savoir-faire respectifs afin de renforcer notre compétitivité au service du monde agricole ». C’est en ces termes que Pierre Lavail définit les ambitions de T3M, l’entité née de la fusion des entreprises Lavail et Mecadoc, deux leaders de la distribution du machinisme agricole dans le grand Sud-Ouest de la France. « Ce mariage s’est imposé à nous en raison de nos complémentarités et des valeurs que nous partageons », renchérit Jean-Jacques Pons, président de Mecadoc. Concessionnaires des marques soeurs du groupe CNH ndustrial (New Holland et Case IH), Lavail et Mecadoc avaient déjà initié un partenariat fructueux en professionnalisant le marché du machinisme agricole d’occasion. En quelques années, ils sont devenus un acteur de référence de ce secteur sur le territoire national à travers les marques Tracto Marché du Midi et T3M désormais réunies sous l’enseigne T3M Occasion.

Grâce à cette fusion, le groupe T3M consolide donc sa position de leader régional du machinisme agricole. Il représente un chiffre d’affaires de plus de 100 millions d’euros et emploie deux cents collaborateurs sur les dix-sept bases dont il dispose à travers les régions Occitanie et Nouvelle Aquitaine. « Cette nouvelle dimension nous permettra de renforcer notre partenariat avec les marques du groupe CNH Industrial au bénéfice de ces dernières et de nos clients », précise Jean Lavail. « Ainsi, allons-nous pouvoir intégrer de nouvelles compétences, renforcer nos trois pôles existants que sont la viticulture, les céréales et la polyculture/élevage. T3M pourra proposer de meilleures conditions d’achat à ses clients. Nous nous attacherons à mettre en commun les meilleures pratiques de chaque structure. Nous allons également faire bénéficier nos cent-dix techniciens et nos trente conseillers pièces de rechange de programmes de formation, notamment en agriculture de précision, un enjeu fort pour la profession».

Savoir préserver les relations de proximité et de service avec le monde agricole

En opérant cette fusion, les frères Pierre et Jean Lavail, Jean-Jacques Pons et son épouse Nadine Pons se défendent de céder à la tentation du gigantisme : « Nous avons à coeur de préserver le lien de proximité avec nos clients, une valeur inscrite dans notre ADN et qui a forgé la réussite de nos entreprises depuis leur création il y a plusieurs décennies », explique Jean-Jacques Pons. En acquérant le groupe Porcher, une référence de la distribution du machinisme agricole en Haute-Vienne, puis la société Nougadère, un opérateur historique à Gimont dans le Gers, Jean-Jacques Pons s’est attaché à préserver la qualité de la relation client. Une approche que partagent les frères Lavail : « La relation de proximité demeurera un axe fort de la nouvelle organisation déployée par T3M. Dans ce cadre, nous veillerons à préserver l’autonomie de fonctionnement de nos bases via la délégation de responsabilité dont bénéficieront les équipes locales. Ce sont elles, sur le terrain, qui sont les mieux placées pour appréhender et satisfaire les attentes et les besoins du monde agricole », souligne Pierre Lavail. 

Par cette union, T3M représente localement 25% de parts de marché pour les tracteurs, 40% pour les moissonneuses batteuses et 65% pour les machines à vendanger. Ces dernières continueront à bénéficier d’un réseau distinct au sein des bases du nouveau groupe. Ce nouveau modèle de distribution du machinisme agricole initié par le groupe T3M prédispose ce dernier à un développement au-delà de son territoire historique du Grand Sud-Ouest. Un projet qu’étudie déjà la nouvelle direction dans une perspective moyen terme.

Article rédigé par :