Accueil > News > TRACTEURS > La série 6 veut séduire la France

La série 6 veut séduire la France

Publié le :

Voir toutes les images

 La série 6 veut séduire la France  La série 6 veut séduire la France

L’édition du SIMA 2013 avait été marquée par le retour de Belarus sur le sol français. Une nouvelle offre low-cost accompagnée de méthodes de commercialisation et d’entretien pour le moins novatrices et audacieuses dans l’univers du tracteur. Deux ans plus tard, la marque biélorusse est toujours là.

L’objectif en 2013 a été de faire connaître un peu mieux ces produits développés dans l’une des usines de tracteurs les plus productives au monde. 8% de part de marché mondial, c’est ce que revendique la marque dans le segment des tracteurs à roues grâce à l’une des offres les plus complètes du marché. Des versions les plus rustiques, datant parfois des années 1960 et toujours prisées par les marchés africains, asiatiques ou d’anciens alliés du bloc soviétique, aux grosses puissances dotées de moteurs Deutz (ndlr : les mêmes que ceux des Fendt 900 Vario !) pour les pays de l’Est, Belarus couvre une tranche de puissance de 12 à 450 chevaux. Mais le seul argument du prix n’est pas suffisant pour susciter de l’intérêt partout dans le monde. En France, Belarus en est conscient et veut s’adapter aux besoins de ses futurs clients, étape par étape. Pour le SIMA 2015, elle a donc fait comme ses concurrents occidentaux, s’affranchir des dernières normes antipollutions Tier IV Final.

En passant à la série 6,  les modèles 1523.6 et 2122.6 de respectivement 150 et 212 chevaux se dotent d’un système SCR avec injection d’AdBlue. Le tout est associé au traditionnel 6 cylindres MMZ de 7,1 litres de cylindrée modernisé par une rampe commune d’injection et une régulation électronique d’origine Bosch. Pour le reste, tout est développé en interne, y compris la transmission mécanique à 16 vitesses et 4 rapports powershift. Alors quid du prix ? En produisant quasiment toutes ses pièces, en prolongeant leur durée de vie et en profitant d’une main d’œuvre bon marché (moins de 500 dollars par mois), Belarus peut proposer les prix les plus bas du marché. Exemple avec le modèle de 212 chevaux, proposé dans trois niveaux de finition (Trend-In, Premium-In et Comfort-In), celui-ci est affiché à moins de 70.000€ HT. Pour ce prix, vous bénéficiez d’un équipement complet, dont un relevage avant avec prise de force sur la version la plus complète, et de commandes électrohydrauliques.

Belarus va poursuivre le développement de cette gamme 6 et la prolonger en 2017 grâce à un modèle de 450 chevaux. En outre, Manip livre ses chargeurs frontaux pour le tractoriste.

Full Liner et Low Cost à la fois
 Articles liés à la marque Belarus

Article rédigé par :