Accueil > Passion > TRACTEURS > Et si le BIMA du futur était un tracteur autonome ?

Et si le BIMA du futur était un tracteur autonome ?

Publié le :

Voir toutes les images

 Et si le BIMA du futur était un tracteur autonome ?  Et si le BIMA du futur était un tracteur autonome ?  Et si le BIMA du futur était un tracteur autonome ?  Et si le BIMA du futur était un tracteur autonome ?  Et si le BIMA du futur était un tracteur autonome ?  Et si le BIMA du futur était un tracteur autonome ?  Et si le BIMA du futur était un tracteur autonome ?  Et si le BIMA du futur était un tracteur autonome ?  Et si le BIMA du futur était un tracteur autonome ?  Et si le BIMA du futur était un tracteur autonome ?
Véritable vitrine technologique française de la fin du XXème siècle, le tracteur articulé BIMA imaginé par Jacques Bidon, agriculteur champenois et autodicte concepteur émérite se devait d'assurer l'ensemble des travaux de son exploitation. Une véritable centrale d'énergie mobile que beaucoup considéraient comme trop avant-gardiste pour l'époque. Et s'il revenait au-devant de la scène un jour, à quoi ressemblerait-il ? Réponse avec Creava Design, l'agence nantaise spécialisée en design industriel.
Labourer, amender, préparer, semer, pulvériser, récolter... telles sont les missions de ce fabuleux engin articulé né à l'heure où les plus puissants Renault se butent à 145 chevaux. La majorité des tracteurs au début des années 1980 sont dépourvus d'un relevage avant, ou alors monté artisanalement après commercialisation et les transmissions autres que mécaniques n'existaient pas. Car au-delà de son articulation décentrée à l'avant, au dessous d'une cabine totalement dépourvue d'organes mécaniques, de ses deux relevages puissants développés avec Bosch, le Bima offrait une progressivité infinie via sa transmission hydrostatique (by Poclain!), soit 15 ans avant que Fendt ne démocratise sa transmission à variation continue Vario. Car son intérêt, c'est de pouvoir pousser, tracter et porter simultanément des équipements agricoles, industriels ou militaires (et plus si affinités) avec une immense souplesse, en limitant le nombre de passage au maximum. Grâce à lui, un agriculteur moderne pouvait faire l'économie d'autres plus petits, et d'une moissonneuse batteuse, voire d'une ensileuse.

tracteur bima

Très novateur, le Bima était à l'image du Concorde pour l'aéronautique. Une vitrine technologique pour l'ensemble de la filière française des agroéquipements. Lorsque son prototype fut présenté en 1978, il marquait un tournant dans une agriculture conservatrice et franco-française. C'est dans en gardant à l'esprit cette nécessité de rationaliser les investissements, porté par la soif de performances et de modernité que Creava Design, talentueuse agence spécialisée en design industriel reconnue dans la filière machinisme a imaginé l'avenir de ce tracteur, capable de tout faire, en tenant compte des contraintes réglementaires, environnementales et économiques, mais également des ressources en énergie.

"Ce concept reprend l'architecture du BIMA d'origine, tracteur articulé avec cabine dépendante de la partie arrière. La propulsion se fait par quatre moteurs-roues électriques et a pour source d'énergie une pile à combustible à hydrogène ainsi que des batteries.commente Cyrille Egon, responsable de l'agence "Ce concept a deux variantes. Le tracteur traditionnel avec une cabine et la version autonome dépourvue de cabine. Et pour une plus grande souplesse d'utilisation, il est équipé de 4 roues à largeur variable".

 Découvrez le site internet de Creava Design ainsi que leur page Facebook 
Article rédigé par :