Accueil > News > ENTREPRISES > Un chiffre d'affaires presque stable

Un chiffre d'affaires presque stable

Publié le :

Voir toutes les images

 Un chiffre d'affaires presque stable

Malgré la conjoncture et la faiblesse persistante des marchés, Claas a clôturé au 30 septembre 2016 un chiffre d'affaires à 3,631 milliards d'euros. Soit 207 millions d'euros de moins que lors de l'exercice précédent.

Cette année encore, le marché international de l’agroéquipement a enregistré un net recul dans de nombreuses régions du monde. Depuis 2013 en effet, le marché des moissonneuses-batteuses a diminué de moitié en Amérique du Nord et de 22 % en Europe. Claas a toutefois bénéficié d'une croissance de ses ventes en Europe de l'Est et d'un développement stable en France. Dans toutes les autres régions, les ventes ont diminué. En Allemagne, ce recul a pu être en partie compensé par l'augmentation des ventes de machines d’occasion et la poursuite du développement des services. Par conséquent, Claas maintenait son cap jusqu'à la fin de l'été 2016, date où sont clôturés les comptes.
En raison du volume de machines vendues, le résultat avant impôts a diminué à 93 millions d'euros (par rapport à 158 millions d'euros l'année précédente). Ce résultat se répercutant sur la masse salariale, au nombre de 11.300 fin septembre, contre 11.535 en 2015. 

« Nous avons pu maintenir notre position sur les marchés en forte régression. La croissance des ventes à deux chiffres en Europe de l'Est a eu un effet stabilisateur", a déclaré Lothar Kriszun, porte-parole de la direction du Groupe Claas. "Pour sortir plus forts de cette crise du marché qui dure plusieurs années, nous continuerons à mettre en œuvre notre programme d'efficacité et à investir dans le passage à l'ère numérique et l'internationalisation de Claas ». 

Des investissements stables

Pour soutenir sa croissance dans l'Est de l'Europe, mais également en Russie, Claas a ouvert en octobre 2015 l'objet du plus gros investissement jamais réalisé depuis ses origines. Il s'agit de la nouvelle usine de production de Krasnodar en Russie, dont le budget s'est élèvé à 120 millions d'euros. Outre des projets de modernisation pour la production en France et en Allemagne, l'expansion de ses ventes mondiales et du réseau de distribution figurent au premier plan.  Au printemps, Claas a posé les premières pierres d'un nouveau centre de développement de l'électronique en Basse-Saxe, à Dissen. Une fois sorti de terre, plus de 150 ingénieurs y développeront des distributeurs hydrauliques, des systèmes électroniques, des terminaux et des solutions de guidage par satellite. Jusqu'à ce jour, l'accent a été mis sur les nouveaux services et le développement de machines de récolte fourragère et de tracteurs. 

Quant aux investissements en Recherche et Développement, ils ont augmenté pour atteindre un nouveau record à 214 millions d'euros (par rapport à 203 millions d'euros l'année précédente) et ont ainsi plus que doublé au cours de la dernière décennie. Notons que chez le constructeur allemand, un employé sur deux travaille en recherche et développement. Autre point sur lequel l'allemand ne lésine pas, la formation. En 2016, le taux d'apprentis travaillant dans la société était de 8,2 % (par rapport à 7,8 % l'année précédente).

Et demain ?

Pour l'exercice en cours de 2017, Claas prévoit une nouvelle baisse du marché mondial. La tendance négative des revenus agricoles et les effets des crises politiques et économiques vont conduire à un nouveau recul des ventes de machines agricoles. Claas s’attend par conséquent à une légère baisse des ventes et à des bénéfices stables avant impôts. 

Article rédigé par :

A voir aussi :